25 juillet 2009

Lettre Ouverte au Président Barack Obama

Chers amis, Face à la situation catastrophique que traverse la RDC, un congolais profitant de la première tournée en Afrique du président américain, vient de publier une lettre ouverte à Barack Obama. Un véritable manifeste sur fond lyrique. Avec un ton digne d'un défenseur des opprimés, Emmanuel Kabongo très connu dans les milieux intellectuels Congolais vient, à travers cette publication donner la voix aux congolais pour dire toutes les quatre vérités à l'occupant de la maison blanche. Il lui demande donc de faire tout de son mieux pour que s'arrête le génocide et la vassalisation politique et économique dont le pays de Lumumba est victime aujourd'hui de la part des puissances obscures. Ce qui est très important dans ce texte, c'est pour des rares fois que des congolais expriment leur souhait de voir le président américain définir comme au moyen orient et en Iran, une politique claire pour la région des grands lacs. Debout Congolais....

Lettre   ouverte  au Président     BARACK     OBAMA Destruction sauvage des vies  humaines, de l’environnement  et vassalisation   politique,   militaire, économique,  financière de la République démocratique du Congo. Par   Emmanuel  Kabongo  Malu. Président de l’Observatoire Politique ‘Barack  Obama’ pour la Paix mondiale Lettre   Ouverte à    BARACK     OBAMA Concerne : le Génocide du Peuple Congolais et la vassalisation   politique, militaire,économique  et financière de la R.D.C. par les Présidents  Paul           KAGAME et  Yoweri  Kaguta MUSEVENI, les hommes de main des  Etats-Unis  d’Amérique  en Afrique noire et  les Grands Lacs. Le peuple congolais meurtri et  endolori  interpelle, au 49°anniversaire  de son indépendance, le Président des États-Unis d’Amérique lors  sa visite officielle en Afrique noire. Epitre  Dédicatoire EN   CE  QUARANTE-NEUVIÈME   ANNIVERSAIRE   DE NOTRE   INDÉPENDANCE, NOS  PENSÉES  LES PLUS DÉFERENTES   VONT : À   DONNA    BÉATRICE   KIMPAVITA, À PAUL   PANDA    FARNANA, À  SIMON   KIMBANGU, À   PATRICE  ÉMÉRY   LUMUMBA, À  PIERRE  MULELE, À M’ZEE   LAURENT  DESIRE KABILA, Les  Pères Fondateurs  de la Patrie Congolaise. Kinshasa, 30 juin 2009. Monsieur   le Président  des Etats-Unis d’Amérique, Quand les sauterelles se battent, ce sont toujours les corbeaux qui se régalent.      Chinua Achebe, cité dans                                                                  « les rêves de mon père »,2008, p.399.                      En cette Journée Solennelle de 30 juin 2009 , marquant le quarante-neuvième anniversaire de notre Indépendance, le Peuple Congolais ,fortement endolori et lourdement meurtri , et ayant à l’esprit cette pensée  heureuse tirée d’une de  vos oeuvres : « Ici( En Afrique), les gens continuent à se parler (même quand tout va mal, on communique) »(1), se saisit ,avec déférence, de l’annonce  de votre première visite  d’État  en Afrique Noire  en tant que Président de la Puissance Unipolaire Mondiale  que sont   les Etats-Unis d’Amérique , pour vous adresser cette Lettre Ouverte,laquelle  se donne à voir comme l’amorce d’un franc et fraternel  dialogue avec l’Homme Noir le plus puissant de toute l’Histoire de l’Humanité(2), le gardien de la liberté qui incarne l’esprit de service(3), aux fins d’ attirer  votre particulière attention  quant aux atrocités dont ce Peuple de près de 70 millions d’âmes  est victime  , à savoir,d’une part ,le  Génocide à huis clos qui se déroule sur le sol congolais depuis près de 15 ans ,sous la houlette des Etats-Unis d’Amérique,votre Pays ,     (1) Dans «  les rêves de mon père »,Barack Obama demande à l’historienne kenyanne          Rukia : ‘Mais est-ce qu’il ne reste rien qui soit véritablement africain ?’Et à      l’historienne de répondre :’…Ici,les gens continuent à se parler. Quand je vais aux       Etats-Unis, j’ai l’impression qu’on s’y sent très seul…pp.446-447.      (2) l’expression est empruntée à Ali Hassan Mazrui qui écrit : « …the most powerful      black person in history »,in Obama can make Gandhi prophecy on peace true, The     Standard,wedsnesday ,february 25,2009,p.15.Obama lui-même avoue : « ..La voix         de      mon père était restée sans tache, incitatrice, réprobatrice, accordant ou      refusant son     agrément. Tu ne travailles pas assez,Barry. Tu dois participer à la      lutte de ton peuple .Réveille-toi, homme noir ! »,les rêves de mon père,p.239.      (3)Pour Obama,les pères fondateurs de l’Amérique ont la vocation de service public  et   sont les  gardiens de la liberté !cfr L’audace d’espérer,p.364 où il écrit : « Ma      satisfaction ,c’est aujourd’hui de savoir que j’ai pu aider des gens à vivre avec une   certaine dignité. Je pense à ce que Benjamin Franklin écrivit à sa mère pour lui     expliquer pourquoi il avait consacré une si grande partie de son temps à servir son      pays : « je préfère qu’on dise ‘Il a vécu utilement’ plutôt que ‘Il est mort riche’. » occasionnant près de 10 millions(4) de morts et de violences sexuelles,psychologiques dont la cruauté et l’ampleur défient toute imagination et ;d’autre part, le malin et pernicieux  processus de vassalisation et/ou   recolonisation   de la République démocratique du Congo .Notre pays martyrisé, en ce début du 21° siècle, par le Rwanda,l’Ouganda,le Burundi,l’Angola,l’Afrique du Sud… ,pays satellites des USA  qui exécutent leur  plan de morcellement de l’Afrique  Noire en de petites  républiquettes  bananières(5) . Et ce,pour vider,en définitive, le Continent Noir   de toute sa dynamique interne  de sa renaissance et de  l’arrimer  ainsi,  à tout jamais ,à la dépendance et l’arriération ,c’est-à-dire  à la désintégration et /ou extinction  du Berceau de l’Humanité qu’est l’Afrique Noire, comme entité historique autonome.                   Ce paradigme nihiliste,convenons-en, comme tous les impérialismes qui méprisent l’homme jusqu’à l’annihiler ,fait suite aux  autres ignobles  néantisations de l’Homme Noir,fils premier-né de l’Humanité :  la Traite nègrière,l’Esclavage et la Colonisation et  ce morcellement qui condamne près d’un milliard  d’ êtres  d’humains  à l’extinction pour le bonheur matériel de quelques uns .Cette déshumanisation n’est-elle  pas contraire à la conception du nouveau leadership américain que vous prônez,Monsieur le Président des Etats- (4) « 6 millions ,7 millions, 8  millions …10 millions….Combien de morts en République     démocratique du Congo ? Difficile à dire .Il y a bien longtemps que le compteur international des victimes congolaises s’est arrêté. Pourtant, de l’avis de nombreux experts, le conflit du Congo est celui qui, en nombre de victimes ,est le plus meurtrier depuis la fin de la Seconde guerre mondiale »,écrit Charles Onana,Ces Tueurs Tutsi. Au cœur de la tragédie congolaise,Paris,Éditions Duboris,avril 2009 ,p.19. (5)Ce projet de sud américanisation de l’Afrique noire ,initié sous Clinton ,et qui a donné naissance au Nepad ,est pompeusement appelé « African Renaissance » !Comme l’écrit Cynthia McKinley au président Bush : « …Votre politique en Afrique n’a pas seulement aidé à surveiller ce que l’on nommait Renaissance africaine,mais elle a contribué à prolonger la douleur et la souffrance des peuples africains…(in Préface ,Charles Onana,o.c.,p.16.).Issayas Afewerki,Paul Kagame,Yoweri Museveni étaient ,pour Bill Clinton,les éxécutants de la Renaissnce africaine :ils ont transformé leurs propres pays en prisons à ciel ouvert !Et c’est avec raison que Randall Robinson écrit : « …Au-delà des nominations à des postes ministériels ou autre qui n’ont eu que peu d’incidence sur la communauté noire,Bill Clinton n’a pratiquement rien fait pour les Noirs »,in The Debt,Plume,2001. Unis, quand vous dites clairement dans «  The American Moment »(2007) :         « J’estime que la tâche la plus importante qui incombe à tout président consiste à protéger le peuple américain. Je      suis également convaincu que, pour s’acquitter efficacement  de cette tâche au XXIè siècle, il faudra une nouvelle conception du leadership américain et de notre sécurité         nationale, conception qui s’inspirera du passé sans être  prisonnière d’idées périmées. « Dans le monde actuel, la sécurité du peuple américain est inextricablement liée à celle de tous les peuples. Lorsque le   trafic des stupéfiants et la corruption menacent la démocratie         en Amérique latine, c’est également un problème pour les    Etats-Unis. Lorsque de petits agriculteurs pauvres d’Indonésie sont contraints de porter au marché des volailles    atteintes de la grippe aviaire,on ne peut considérer ce fait comme un problème lointain .Lorsque des écoles religieuses du Pakistan enseignent la haine à de jeunes élèves,nos enfants sont également menacés.  » « Q’il s’agisse du terrorisme mondial ou d’une pandémie,de changements climatiques spectaculaires  ou de la prolifération des armes de destruction massive ,les dangers qui nous menacent à l’aube du XXIè siècle ne peuvent plus être endigués par des frontières ou des lignes de démarcation. …Nous devons jouer un rôle premier plan en agissant et en donnant l’exemple…. «  …En outre, les Etats-Unis doivent donner l’exemple en venant à l’aide à tous ceux qui mènent une existence désespérée dans les régions reculées du monde, car s’il y aura toujours des personnes pour succomber à la haine  et attacher des charges explosives à leur corps, il y en a des millions d’autres qui désirent choisir une autre voie et qui veulent que notre flambeau d’espoir éclaire leur chemin » (6). Lier  l’acte à la parole                     Ce qui n’était qu’une profession de foi d’un brillant rhéteur à la (6)Extraits de « The American Moment »,discours prononcé  par le Sénateur des Etats-Unis Obama  le 23 avril 2OO7 devant  le Chicago Council on Global Affairs recherche de l’investiture du Parti démocrate, est devenu, dans votre Discours d’Investiture en tant que 44è Président des Etats-Unis,un véritable credo pour une praxis politique plus humaine et bien affirmée au monde : « … A  tous les peuples et les gouvernants qui nous regardent aujourd’hui, depuis les plus grandes capitales jusqu’au petit village où mon père est né (au Kenya,ndlr) : sachez que l’Amérique est l’amie de chaque pays et de chaque homme ,femme et enfant qui recherche un avenir de paix et de dignité,et que nous sommes prêts à nouveau à jouer notre rôle dirigeant . » Plus loin, vous ajoutez « …Les Etats-Unis doivent jouer leur rôle en donnant l’élan d’une nouvelle ère de paix »(7). Plus explicite, dans votre Discours fondateur du Caire vous écrivez : «  Le premier défi que nous avons à relever est celui de l’extrémisme violent sous toutes ses formes…Parce que nous rejetons aussi ce que les hommes de toutes les confessions rejettent : l’assassinat d’hommes, de femmes et d’enfants innocents » (8).                    Le démenti à votre credo de paix et au  Discours Fondateur du Caire vient encore  de Cynthia McKinney, votre Compatriote ,Candidate du parti écologiste aux élections présidentielles américaines de 2008 et Ancienne  Sénatrice des Etats-Unis qui écrit : «  La R.D.C. est toujours pillée et chaque jour,le nombre de femmes congolaises violées ,torturées et tuées,augmente. Cela n’entraîne toujours pas de sanction contre les auteurs de ces atrocités…A vrai dire, nous disposons de preuves suffisantes sur ce que fait le Rwanda dans cette région. Mais à ce jour, aucune sanction n’a été prise pour arrêter la guerre et le pillage des ressources naturelles en République démocratique du Congo ».(9)                 Comment comprendre Monsieur le Président  le silence effrayant de la nouvelle administration américaine devant les atrocités commises en République démocratique du Congo alors que du haut de la Chaire de   l’Université du Caire vous affirmez : « Et lorsque des innocents sont massacrés (7)Discours d’Investiture du 44° Président des Etats-Unis d’Amérique,Wasshington,20/1/9 (8)Le Discours du Caire,le 4 juin 2009 ;cfr Jeune Afrique no° 2526 du 7 au 13 juin 2009. (9) Cynthia McKinney,in Charles Onana,o.c.,p.9 ; en Bosnie ou au Darfour, c’est un poids pour notre conscience collective ! ».(10) R.D.C. :l’holocauste oublié(*)                  Ainsi, Monsieur le Président des Etats-Unis d’Amérique, comme les médias du monde entier qui observent depuis 1994 un mutisme sur la tragédie humaine sans précédent qui se déroule en R.D.C. et ne cessent pourtant de marteler qu’il y a eu génocide de 8OO OOO Tutsis au Rwanda alors qu’ un groupe d’extrémistes tutsi a déjà exterminé depuis cette date des centaines de milliers de Rwandais et aujourd’hui près de 10 millions d’innocents congolais, vous vous êtes refusés ( à l’instar de vos prédécesseurs Clinton et Bush !) de mentionner cet odieux génocide    dans votre  Discours ! Et vous n’êtes pas le seul, Monsieur le Président, à fermer les yeux sur l’extermination des innocents congolais : les organisations internationales des droits humains souvent promptes à lancer des campagnes hystériques et de grande envergure contre le Soudan, le Zimbabwe, la Chine, la Russie ou Cuba sont aussi autistes et aveugles sur « L’une des tragédies humaines les plus révoltantes et les plus scandaleuses depuis la fin de Seconde Guerre mondiale ».               Pourtant, faisant le bilan de vos cent premiers jours de pouvoir et, sans malheureusement tenir compte de ce qui se passe au Congo, vous circonscrivez encore mieux la problématique du « salut collectif » (11) en affirmant : « Lors de ma campagne électorale, je me suis engagé à changer la direction de la politique étrangère de notre pays, et nous avons commencé de le faire » (12). Oui, Monsieur le Président, les engagements de votre Administration au Moyen-Orient et en Europe dessinent déjà la nouvelle carte de la paix mondiale, sauf dans les Grands Lacs de l’Afrique Centrale ! Comme vous le dites si bien : « C’est avec le langage des valeurs que les gens dressent la carte de leur  (10)Le Discours du Caire. (11)Le 19 mai 2007,Barack Obama est invité à faire un discours pour la remise des diplômes de la Southern New Hampshire University.Il lance un appel à l’engagement qui reflète son travail de militant associatif : « … Parce que notre salut individuel dépend du salut de tous… ».(12)Discours Bilan de cent premiers jours, Washington, 3O avril 2009. monde »(13). Sauf en République démocratique du Congo ! D’où nos interrogations inquiètes  quant aux hiatus qui apparaissent entre votre « dire », « vos valeurs » et votre « faire »,lesquelles s’énoncent comme suit: votre politique de paix et de réconciliation de l’Amérique avec d’autres pays serait-elle  à deux vitesses ,fonctionnant sur des   modulations de préférence ? Aurions- nous, nous les congolais- « victimes des massacres qui ont pour objectif de nous terroriser et de vider notre pays de ses populations afin de permettre une exploitation tranquille des ressources minières »- eu tort en faisant confiance à l’humanité universelle que véhicule votre discours  et à la praxis présumée  juste qu’elle implique ? Le Champion du ‘Leadership moral’  que vous êtes, Monsieur le Président des Etats-Unis  aurait-il été rattrapé, en un trimestre par ‘le faux choix entre notre sécurité et nos principes ‘(14)  que vous ne cessez pourtant de dénoncer ? Auriez-vous [nous vous citons] « renoncé au langage moral qui vous aiderait à insuffler plus de sens à votre politique ? »(15). S’étaient-ils trompés, ceux qui, en 1990, vous ont élu à la tête de la Law Review en disant : «  Quelle qu’ait été sa politique, nous avions l’impression qu’il allait se montrer équitable » ? (16). Vous-Etes vous enfin résolu à vous conduire comme ceux qui détiennent le pouvoir et qui vous disent : «  Que ce n’est pas à nous de voler au secours des innocents massacrés et chassés de chez eux à l’autre bout du monde ? »(17) (13) L’Audace d’espérer . Une nouvelle conception de la politique américaine,p.60. (14)Dans son Discours bilan de cent premiers jours,le président Obama écrit : « Nous avons rejeté le faux choix entre notre sécurité et nos principes en décidant de fermer le centre de détention de Guantanamo et en interdisant la torture sans exception »,Washington,30 avril 2009. (15) Obama écrit, taxant le parti démocrate d’être devenu le Parti de la réaction « En réaction aux excès religieux, nous réduisons la tolérance au laïcisme et nous renonçons au langage moral qui nous aiderait à insuffler plus de sens à notre politique ». L’ Audace d’espérer,p.47. ( 16)Déclaration de Bradford Berenson ( de l’administration  Bush et ancien de Harvard) à un journaliste .Cfr Heather Lehr Wagner, Barack OBAMA, Paris, Ramsay, 2008, p.65. (17) Déclaration à la Southern New Hampshire University,le 19 mai 2007.Obama explique : « Ceux qui détiennent le pouvoir encouragent trop souvent ces pulsions égoïstes. …Ils vous diront …Que ce n’est pas à nous de voler au secours des innocents massacrés et chassés de chez eux à l’autre bout du monde ». Il s’agit et vous le dites vous-même si bien  Monsieur le Président: « C’est un choix entre la dignité et la servitude, entre la justice et l’injustice. Entre l’engagement et l’indifférence. Un choix entre le bien et le mal ».( 18) Mieux encore et selon votre propre terminologie : « .. Les engagements n’étaient plus liés à un visage,ou à un nom,mais étaient des engagements que j’avais pris vis-à-vis de moi-même »( 19).                   C’est l’ensemble ce ces convictions, choix  et des engagements y consécutifs qui vous  valent aujourd’hui, Monsieur le Président, l’attention respectueuse des élites et des peuples  du monde entier ! Ainsi  Béchir Ben Yahmed ,qu’on ne peut pourtant pas qualifié d’américanophile, vous décrit : « En un mot comme en mille,c’est un homme d’Etat,à mon avis le plus grand,actuellement en exercice »..Et du Discours fondateur du Caire : « Il y a très longtemps que je n’ai pas lu pour ma part, sous la plume d’un chef d’État,un texte d’une telle élévation …  Il a érigé en principe de toujours tenir le plus grand compte du point de vue ,de la sensibilité et des intérêts de l’autre ,celui qui est en face. …  Il porte en lui  les idéaux et les valeurs de la gauche, en particulier le respect de l’autre et la recherche obstinée de l’intérêt général…. Je parie sur Obama, conclut le célèbre éditorialiste qui ajoute « A condition que les actes soient à la hauteur du discours… » (20) ! Ne plus oublier  la R.D.C.                Comme dans l’histoire américaine où se manifestèrent ceux qui voulurent que les «  mots et les convictions » changent le monde  (21), et aussi (18)Barack Obama,Les rêves de mon père( ),Paris,Nouveaux Horizons,2008 ,p.126 (19)ibid.p.346.. (20)Ce que je crois,Jeune Afrique N°2526,du 7 au 13 juin 2009 (21)Le 10 février 2007, Barck Obama a annoncé sa candidature à l’investiture démocrate à l’élection présidentielle de 2008. Il parle de ses origines et du parcours qui l’a amené à ce moment-là dans l’Illinois. Il invoque finalement la mémoire d’un autre sénateur de l’Illinois devenu président- Lincoln-,et dit : «  …Il nous dit que le pouvoir est dans les mots. Il nous parle de celui que recèle la conviction.. ».Plus explicite dans « les rêves de mon père »,Obama écrit : « Dans ces mots ,j’entends l’esprit de Douglas et de Delany,celui de Jefferson et de Lincoln,les luttes de Martin et de Malcolm et de ceux qui manifestèrent pour que ces mots deviennent réalité »p.449. pour « mettre vos idées à l’épreuve »(22) , nous nous manifestons aussi pour que vous ne nous oubliez pas dans votre Agenda et aussi pour que la politique généreuse,humaine,morale sur laquelle l’humanité vous a élu, vous le leader moral,ne restent pas lettres mortes :les congolais ,meurtris au-delà du guérissable, s’impliquent dans votre architectonique de paix mondiale et attendent des actes concrets qui mettent fin à leur martyr ! Le grand dramaturge anglais ne fait-il pas dire à Falstaff :«Ne guérit la plaie que le fer qui la tailla ! ». (23)Et vous-même ,Monsieur le Président n’écrivez-vous pas : « Lutter sans cesse pour faire converger la parole et l’action,nos désirs les plus chers avec un projet réalisable…et si,en définitive ,ce n’était pas tout simplement de cela que dépendait l’estime de soi ? » ( 24). Monsieur le Président  des Etats-Unis d’Amérique                     Nous nous inspirons et nous targuons, avec bonheur, d’adopter votre propre «  méthodologie de  communication directe »  que vous décriviez en ces termes : « Débattez lez problèmes ouvertement. Faites participer tout le monde au lieu d’agir en coulisses…  »(25).  OUI !Nous allons donc,tout au long de cet échange,expliquer nos problèmes,pointer du doigt,avec preuves irréfutables à l’appui,nos bourreaux et leurs motivations et dire ce que nous attendons , « les choix possibles »( pour vous paraphraser !(26) ( 22 ) Ici,nous paraphrasons  Obama qui ’écrit  : « La stratégie du tout ou rien,voilà comment j’ai présenté l’affaire à ma femme :une dernière tentative pour mettre mes idées à l’épreuve avant de passer à une existence plus calme ,plus stable et mieux rémunérée,cfr l’Audace d’espérer,p. 13 C’est d’ailleurs pour mettre les idées du président Obama à l’épreuve que nous avons crée ,en République démocratique du Congo « L’Observatoire politique Barack Obama pour la paix mondiale qui effectue ’un monitoring’ de la politique étrangère américaine et en évalue l’impact sur la paix en Afrique noire.( Cfr le Quotidien Le Potentiel du (23)William Shakespeare, Falstaff (24)les rêves de mon père,p.222. (25)David Mobert,in ‘The Nation’,avril 2007.Loretta Augustine –Herron ,une des  membres du conseil d’administration du DCP ,décrit Obama comme un homme soucieux de bien faire. Il disait : « débattez des problèmes ouvertement… ». (26) Obama lui-même explique  la même méthodologie  : « je      pensais que si je parvenais à toucher directement les électeurs, à formuler les     problèmes comme ils les ressentaient,à expliquer les choix possibles… » cfr’L’Audace d’espérer’,p.25 En effet, pour nous, votre passage à Accra est à interpréter comme un véritable renversement de paradigmes. Si le Président démocrate Bill Clinton avait honoré le Président Museveni de sa première visite en Afrique Noire,l’Ougandais Museveni  était   contremaître de la mise en application de la politique américaine de la marchandisation de l’Espace africain sous le couvert du concept d’ « African renaissance ».Ce concept couvre toutes les guerres qui déchirent la République démocratique du Congo. Arrêter  les Sauvageries La primeur de votre visite à Accra  ,au Ghana, est à prendre   comme récompense à la double alternance démocratique  y survenue, sans bain de sang et sans sauvageries, dans une Afrique dont le recul démocratique est la caractéristique la plus évidente en ce début du XXIè siècle ! . Votre passage à Accra, dans la première semaine  du mois de Juillet, est aussi  donné comme l’occasion pour  la haute administration américaine de rendre publique, comme vous l’avez fait au Caire pour le Moyen Orient et le Monde arabo-musulman, la Feuille de Route de votre Politique Africaine. De ce fait, le Peuple Congolais,-en vous adressant  opportunément cette Lettre en ce temps crucial pour étaler son immense souffrance et l’indicible injustice donc il est victime, et en établissant ,sans fioriture l’identité du bourreau ainsi que celle de la main qui ordonne,à savoir que ce sont les Etats-Unis d’Amérique  qui soutiennent le Rwanda,l’Ouganda , le Burundi , l’Angola et l’Afrique du Sud   dans leur  morbide œuvre de génocide du peuple congolais ,de pillage des ressources naturelles de ce pays  et de vassalisation politique,militaire,économique et financière  de la République démocratique du Congo,- ce Peuple Congolais a «  l’audace d’espérer »(27) qu’au cours de votre ( 27)Le deuxième livre de Barack Obama a pour   titre « L’audace d’espérer », 2007 .Ce titre est tiré du sermon du révérend Wright « une méditation sur un monde tombé au plus bas »,écrit Obama dans « les rêves de mon père »,p.310.L’audace  d’espérer  nous  rappelle ,non seulement  le sermon du révérend Jérémiad Wright mais aussi  les espoirs que nous fondons dans votre administration ‘moralement correcte’ pour changer le cours de choses dans le monde : arrêtez la déshumanisation du peuple congolais  par exemple! importante Allocution   au Pays du Père de Panafricanisme qu’est  Kwamé Nkrumah,-symbole vivant des Etats-Unis d’Afrique,- vous aurez l’humanité bienveillante de prendre position clairement et fermement sur l’arrêt net   des ‘sauvageries ‘ qui détruisent la vie humaine, l’environnement en République démocratique du Congo, lesquelles constituent de véritables défis à relever dans l’urgence pour la transparence, la visibilité, l’impact  et surtout la crédibilité  de la vision politique plus humaine que votre administration est entrain d’imprimer dans le monde. Il s’agit :                   a)du génocide du Peuple congolais et  du  pillage des ressources naturelles  de la République démocratique du Congo ;                  b)de  la vassalisation politique,militaire,économique et financière  de la République démocratique du Congo :                   c)du transfert en République Démocratique du Congo, par le Rwanda et l’Ouganda  ,des violences crues, la haine gratuite,la domination brutale,la torture amplifiée , comme les seuls fondements du pouvoir politique en République démocratique du Congo ;du règne de la peur et des   restrictions de l’espace politique  et des libertés fondamentales  caractérisées par l’arrestation des leaders politiques et sociaux ;l’assassinat des journalistes ;les empoisonnements massifs et systématiques des élites,des hauts cadres militaires. Et ce, pour vider le Congo de toute intelligence sociale ;l’écartement,de l’espace de la gestion politique, de leaders politiques non asservis aux intérêts du Rwanda, de l’Ouganda,du Burundi,de l’Angola et de l’Afrique du Sud ;la chasse aux sorcières dans les médias,les partis politiques,les organisations non gouvernementales de Droits de l’homme,dans les universités… ;l’insécurité permanente des populations instituée comme  mode de gestion des pouvoirs politiques.                d) L’affaiblissement de l’État en vue de son incapacitation en tant que gestionnaire des besoins de nos populations ;               e)Une désorientation systématique de la vie nationale,en vue d’une perte programmée de repères culturels,sociaux et économiques et politiques                 Cette destruction sauvage et massive des vies humaines ,doublée d’une  situation d’exclusion du Peuple congolais de la sphère de gestion de son quotidien, de martyrisation et d’humiliation des élites sous le silence patent,complice et encourageant  des Etats-Unis sur ces crimes massifs,  nous amène à la perte de  la maîtrise de notre destin et par  voie de conséquence à un abrutissement  collectif qui prélude à l’ extinction du  Peuple Congolais ,sur la terre de ses  ancêtres, en tant qu’entité historique autonome ! Il va sans dire que cette bureaucratie du Mal, voire ce fascisme africain  qui s’installe en République démocratique du Congo sous forme d’un apartheid social, politique et économique,-cette philosophie  politique tragique de domination  est porteuse, à n’en pas douter, de violences et de conflagrations qui vont perturber la stabilité et le développement de l’Afrique noire. Ces violences, rappelons-le, vous les décrivez bien Monsieur le Président  quand vous dites  ceci, pressentant que le sentiment de la perte en main de son destin conduit l’humain  aux pires scenarii :                       « Je connais, je les ai vus, le désespoir et le désordre qui sont  le quotidien des laissés pour compte, avec leurs conséquences désastreuses sur les enfants des rues de Djakarta ou de Nairobi… Je sais combien est ténue pour eux la frontière entre l’humiliation et la fureur dévastatrice, je sais avec quelle facilité ils glissent dans la violence et le désespoir. Je sais que la réponse des puissants à ce désordre- qui alterne l’indifférence complaisante avec l’usage de la force aveugle ,l’alourdissement constant des peines de prison et l’utilisation d’un matériel militaire plus sophistiqué dès que ledit désordre déborde des limites tolérées- est inadaptée. Je  sais que le durcissement  des attitudes, l’expansion  du fondamentalisme et du communautarisme nos menacent tous » (28) (28).Les rêves de mon père,p.11 Oui, monsieur le président des Etats-Unis, les violences qui se profilent au Congo suite à l’action de génocide,de pillage et de vassalisation soutenue par  les Etats-Unis d’Amérique risquent de porter un cinglant démenti aux perspectives de paix mondiale que votre administration s’attelle pourtant de mettre en place, et avec plus ou moins de bonheur ! Comme vous le dites vous-mêmes dans votre Discours de cent premiers  jours  au pouvoir : « je pense que nous avons pris un bon départ ,mais ce n’est qu’un        départ. Je suis fier de ce que nous avons réalisé, mais je ne suis pas satisfait » (29) En effet,vous ne pouvez pas être satisfait, d’autant plus que les violences qui se profilent au Congo et les sources de telles violences n’échappent pas non plus à votre analyse et c’est avec prémonition que vous les condamnez en écrivant dans  votre Discours d’investiture : «  …Et  pour ceux qui veulent faire avancer leurs objectifs en créant la terreur et en massacrant des innocents,nous vous disons maintenant que notre résolution est plus forte et ne peut être brisée ;vous ne pouvez pas nous survivre et nous vous vaincrons »(30). Oui Monsieur le Président :Paul Kagamé,Yoweri Museveni, massacrent les innocents Congolais,pillent les richesses congolaises et violent les femmes et les filles du Congo et tous les rapports indépendants,les rapports des experts de l’ONU et des ONG américaines confirment ces violations massives et globales de droits à l’existence du Peuple Congolais . L’une de vos compatriotes,Madame Cynthia Mc Kinney n’écrit-elle pas,à propos de la tragédie congolaise « …L’une des tragédies humaines les plus révoltantes et les plus scandaleuses depuis la fin de la  Seconde Guerre Mondiale ? ».(31) Les Etats-Unis nourrissent les violences                    Nous, Peuple Congolais ,tout comme le Peuple Américain qui vous .(29)Le président Obama dresse le bilan de ses premiers jours au pouvoir,Washington,30 avril 2009. (30) Discours d’investiture présidentielle,20 avril 2009. (31)in Préface,Charles Onana,o.c.,p.17. élu ainsi que tous les Peuples du monde qui aspirent à la paix, croyons  tous en vous quand vous écrivez :  «  Mes possibilités d’empathie, mes capacités  de compréhension de l’autre ne me permettent pas de percer les regards vides de ceux qui tuent les innocents avec une satisfaction abstraite, sereine »(32). Pourtant, Kagame et Museveni et leurs Armées respectives tuent froidement et ,en toute impunité les populations congolaises ,depuis près de deux décennies, sans encourir un refus catégorique de votre administration ! D’où notre étonnement,voire notre frustration et notre désespoir quand votre administration est muette ,depuis bientôt plusieurs mois qu’elle est au pouvoir, sur ce qui passe en R.D.C. depuis près de deux décennies .C’est comme si vous faisiez un clin d’œil à ceux que vous dénonciez  dans votre Discours d’investiture en écrivant  : «  A ceux qui s’accrochent au pouvoir par la corruption et la fraude,et en bâillonnant  les opinions dissidentes,sachez que vous etes du mauvais coté de l’histoire,mais que nous vous tendrons la main si vous etes prêts à desserrer votre étau » ( 33). Les guerres durent trop longtemps en R.D.C., Kagame et Museveni vont-ils être jugés pour ce  qu’ils détruisent  avec la complicité des Etats-Unis ,votre pays ,dont l’implication dans la tragédie congolaise est irréfutable ! En 2001 ,Madame Cynthia McKinney,Candidate du parti écologiste aux élections présidentielles américaines de 2008,Ancienne sénatrice du parti démocrate,Envoyée spéciale de Bill Clinton dans les Grands Lacs en 1997 ,écrit à votre prédécesseur George Bush :« Je viens juste de rentrer  de la République Démocratique du Congo …
A suivre

Posté par Mediamax à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Lettre Ouverte au Président Barack Obama

Nouveau commentaire